PRINCIPES
 
Communauté Mondiale de Vie Chrétienne


Règlement Intérieur de la Communauté


Préambule

1. La Communauté de Vie Chrétienne au Liban est affiliée depuis le 30 juillet 1998 à la Communauté Mondiale de Vie Chrétienne. 2. [réf. P.G. 8] Les buts et l’action de la Communauté de Vie Chrétienne au Liban ont une orientation spécifique, qui tient à la situation du pays. a) Les membres de la Communauté, qui appartiennent aux diverses Églises présentes en Orient, sont invités à mieux connaître, servir et aimer leur propre Église, à s’y engager selon les orientations du Synode pour le Liban, en collaboration avec des mouvements chrétiens dans le cadre des paroisses et des institutions, à y oeuvrer en vue de la communion dans la diversité et du rapprochement oecuménique. b) Dans un pays où la guerre a effacé des points de repère, la Communauté de Vie Chrétienne cherche à aider les laïcs à fonder leur action sur la suite du Christ et à prendre conscience de leur mission. c) Dans un pays où se vivent au jour le jour les relations avec l’Islam, la Communauté de Vie Chrétienne cherche à mieux connaître la religion musulmane, à établir avec les musulmans des relations de respect de la foi de chacun, et à oeuvrer avec eux pour la promotion de la justice et de la paix. d) Dans un pays pluriculturel, la Communauté de Vie Chrétienne cherche à établir des relations avec d’autres communautés nationales, en particulier celles des pays du Proche-Orient, et celles des pays francophones. 3. [réf. P.G. 3, N.G. 31] Au Liban, les Congrégations Mariales ont conservé leur propre tradition; elles ont été longtemps les seules communautés du pays affiliées à la Communauté Mondiale de Vie Chrétienne. Elles ont désormais le statut d’associés à la Communauté Mondiale. En application du N° 31 des Normes générales, la Communauté de Vie Chrétienne au Liban coexiste avec les Congrégations Mariales. Elle cherche à établir avec elles une coordination, notamment dans le domaine de la formation ignatienne. 

 cvx


Admission et vie des membres au sein de la communauté nationale

Devenir membre [réf. P.G. 10, N.G. 1, 2] 4. Devenir membre de la Communauté de Vie Chrétienne suppose à la fois un cheminement spirituel personnel et communautaire et l’accord de l’équipe nationale. Le candidat doit être âgé d’au moins 18 ans. 5. L’acceptation des Principes Généraux, des Normes Générales de la Communauté Mondiale et des Statuts de la Communauté nationale est une condition nécessaire pour devenir membre. 6. Une participation annuelle aux frais de la Communauté nationale, fixée par l’équipe nationale, est sollicitée des communautés locales, en fonction des possibilités de chaque membre. 7. Une personne peut devenir membre de la Communauté de Vie Chrétienne d’une des façons suivantes : a) en commençant avec d’autres une communauté locale d’accueil, b) en décidant avec un groupe de chrétiens déjà établi d’adopter les Principes Généraux, les Normes Générales et les Statuts de la Communauté de Vie Chrétienne, c) en rejoignant une communauté locale déjà existante.


Manière de vivre

8. [réf. N.G. 14] Puisque la spiritualité ignatienne lui est essentielle, la Communauté de Vie Chrétienne établit une étroite collaboration avec la Compagnie de Jésus, et avec d’autres personnes, communautés et institutions qui cherchent, comme elle, à suivre Jésus-Christ et à travailler pour faire avancer le règne de Dieu à la façon de Saint Ignace. 9. Quelle que soit la forme d’admission, les communautés nationale et locale veilleront à aider les nouveaux membres, dans une communauté d’accueil, à : a) assimiler le style de vie CVX, à vérifier la présence d’un appel et d’une aptitude à le vivre, ainsi que d’une volonté de s’engager dans cette voie ; b) s’identifier à la Communauté de Vie Chrétienne plus large. Le règlement de la communauté d’accueil et sa durée sont fixés par l’équipe nationale et consignés dans le «dossier d’accueil ». Après une période habituellement d’au moins deux ans et ne dépassant pas quatre ans, ils s’engagent temporairement à cette manière de vivre. Pour arriver à cette décision personnelle, il est vivement recommandé de vivre l’expérience des Exercices Spirituels. L’engagement temporaire se poursuit jusqu'à ce que le membre, après un processus de discernement, exprime son engagement permanent dans la CVX.  


Structures pour prendre les décisions

10. Le coordinateur est un membre appelé au service de sa communauté. Il travaille en étroite collaboration avec l’accompagnateur. Sa responsabilité principale est de s’assurer que tous les membres contribuent à la vie de la communauté. 11. Le coordinateur doit : a) s’assurer de la préparation de la réunion et de son organisation, b) réguler le rythme, le mode et les horaires de la réunion, c) faciliter les échanges pour que chacun puisse s’exprimer librement dans un climat d’écoute et de confiance réciproque, d) diffuser les informations utiles à la communauté. 12. Il représente sa communauté auprès de l’équipe nationale et fait le lien avec elle. 13. Membre à part entière à l’égal des autres membres, le coordinateur ne doit pas diriger sa communauté; il ne possède aucun autre pouvoir que ceux qu’elle lui délègue. 14. Le coordinateur est élu par sa communauté pour une période de deux ans, renouvelable une fois. L’élection a lieu par vote, dans un esprit de discernement pour le service de la communauté. L’accompagnateur de la communauté locale [réf. P.G. 14, N.G. 41, b] 15. L’accompagnateur est le garant de l’orientation ignatienne de la communauté et de sa fidélité ecclésiale. Il aide à discerner les motions à l’oeuvre dans les individus et la communauté, et suit de près leur cheminement dans la visée de la Communauté de Vie Chrétienne. 16. Sans mener la communauté, il lui apprend à accueillir l’Esprit Saint et l’assiste, avec le coordinateur, dans la recherche et l’utilisation des moyens nécessaires à la formation et à la mission de la communauté. 17. L’accompagnateur doit : a) veiller à ce que la communauté franchisse les étapes sans lenteur ni précipitation, b) prendre garde à ce qu’elle reste un lieu de partage de vie pour “ voir Dieu en toutes choses ”, c) être attentif aux attentes spirituelles de tous les membres. 18. L’accompagnateur maintient une distance entre lui et la communauté. Cela n’exclut pas sa participation, mais la limite. Elle est en fonction de l’étape du développement spirituel de la communauté. 19. L’accompagnateur est proposé à la communauté locale par l’équipe nationale, avec l’accord de l’assistant ecclésiastique.

Le chargé d’accueil

20. L’équipe nationale nomme au besoin des chargés d’accueil parmi les membres des communautés locales pour aider les nouveaux membres dans la phase d’accueil. i) Le chargé d’accueil reste avec le groupe durant toute la phase d’accueil à moins que l’équipe nationale ne décide autrement. ii) Les chargés d’accueil sont accompagnés par l’assistant ecclésiastique ou par une autre personne désignée par celui-ci. Ils doivent suivre ses instructions pour le bien de la communauté. L’assistant ecclésiastique [réf. P.G. 14, N.G. 42-46] 21. L’assistant ecclésiastique national est le garant auprès de l’Assemblée des Patriarches et Évêques Catholiques du Liban de la fidélité ecclésiale de la Communauté nationale de Vie Chrétienne et de son orientation ignatienne. 22. Son action s’exerce principalement par sa participation à l’équipe nationale, et par les liens qu’il établit avec les accompagnateurs des communautés locales. Il peut désigner, avec l’accord de l’équipe nationale, des assistants ecclésiastiques régionaux chargés des liens avec les communautés locales. 23. La Communauté nationale de vie chrétienne accepte comme assistant ecclésiastique le jésuite qui, après consultation de l’équipe nationale, est proposé par le père Provincial du Proche-Orient de la Compagnie de Jésus à l’approbation de l’Assemblée des Patriarches et Évêques Catholiques du Liban, pour une durée de quatre ans, renouvelable deux fois. 

 


L’équipe nationale

[réf. N.G. 20-29] 24. L’équipe nationale est responsable du gouvernement ordinaire de la Communauté de Vie Chrétienne au Liban. 25. L’équipe nationale est chargée de : a) réglementation : i) soumettre à l’Assemblée les propositions d’amendement des Statuts, ii) établir les nouvelles communautés locales, b) animation : i) promouvoir la mise en oeuvre des Principes généraux, des Normes générales et des Statuts nationaux, ii) mettre en oeuvre la politique et les décisions prises en Assemblée, iii) soutenir les communautés locales, les encourager à s’entraider et à collaborer les unes avec les autres, par le partage de leurs expériences, de leur documentation, de leurs ressources matérielles et humaines; promouvoir leur participation active à la mission de la Communauté de Vie Chrétienne au Liban, iv) favoriser la mise en pratique des enseignements de l’Eglise, particulièrement des orientations du Synode des Évêques pour le Liban et de ses développements ultérieurs, v) promouvoir et organiser les actions de coopération avec les Communautés nationales de Vie Chrétienne de la région, vi) encourager et prendre les initiatives favorables à l’accomplissement de ces tâches, notamment les activités de formation. c) représentation : i) assurer la représentation de la Communauté de Vie Chrétienne au Liban dans les activités de coopération nationale partout où cela peut être opportun, notamment au Conseil des Laïcs, ii) désigner les membres de la représentation de la Communauté à l’Assemblée générale de la Communauté Mondiale de Vie Chrétienne. 26. Elle est composée de cinq membres élus pour une durée de trois ans, d’un membre de droit, et éventuellement d’un membre coopté. a) Sont membres élus de l’équipe nationale : le coordinateur et quatre conseillers, tous élus par l’Assemblée. b) Est membre de droit de l’équipe nationale l’assistant ecclésiastique. c) Les six membres précités peuvent s’ils le désirent, pour une durée qui n’excède pas celle de leur mandat, coopter un conseiller supplémentaire. d) Si un membre de l’équipe nationale démissionne, les autres membres procèdent à son remplacement par cooptation. e) Si le coordinateur démissionne, le secrétaire le remplace jusqu’à la prochaine assemblée générale au cours de laquelle les communautés locales éliront un nouveau coordinateur parmi les membres de l’équipe nationale. f) Dans ce cas, si l’équipe compte déjà un membre coopté, elle devient équipe nationale à part entière ; sinon, l’une des premières tâches de l’équipe nationale ainsi dotée d’un coordinateur sera de désigner un nouveau membre par cooptation afin de rétablir le nombre des membres qui la composent de droit. 27. L’équipe peut inviter pour avis, de façon durable ou ponctuelle, un représentant des Congrégations Mariales, ou de tout mouvement avec lequel une coordination est utile. 28. L’équipe se réunit au moins une fois par mois. 29. A l’équipe nationale, les décisions sont prises dans un esprit de discernement à la majorité des suffrages, le quorum de trois membres étant atteint. 30. Le coordinateur de l’équipe nationale considère sa tâche comme un service des membres de l’équipe nationale et de l’ensemble des communautés locales. Il veille à l’esprit d’unité à l’intérieur de l’équipe nationale et entre les communautés. Il agit en étroite collaboration avec l’assistant ecclésiastique, et il évalue avec lui le dynamisme de l’équipe nationale et la croissance de la Communauté de Vie Chrétienne au Liban. Il prend soin de faire faire plutôt que de faire par lui-même. 31. Le coordinateur de l’équipe nationale : a) convoque les réunions de l’équipe nationale, établit l’ordre du jour, anime ou fait animer ces réunions, rédige ou fait rédiger les comptes rendus, b) représente la communauté auprès des autorités civiles, c) jouit du droit de vote prévu à l’article 42. 32. L’équipe nationale nomme en son sein un secrétaire et un trésorier, et définit leurs attributions. 33. Les élections pour l’équipe nationale ont lieu tous les trois ans, à l’Assemblée de Pentecôte. a) Chaque communauté locale présente avant Pâques à l’équipe nationale sortante une liste de trois candidats, choisis parmi les membres de la Communauté nationale. L’équipe nationale envoie aux communautés locales la liste de tous les candidats présentés (sans indication de l’origine ni du nombre des présentations) après s’être assurée de leur accord. b) A l’Assemblée, dans une ambiance de prière et de discernement, on élit d’abord le coordinateur selon la procédure suivante : i) on procède à un premier tour, entre tous les candidats présentés; est élu celui qui obtient la majorité absolue des voix possibles; ii) s’il n’y a pas d’élu, on procède à un deuxième tour entre les trois candidats les mieux placés au premier tour (s’il y a plusieurs troisièmes ex aequo, on inclut tous les troisièmes); est élu celui qui obtient la majorité absolue des voix possibles; iii) s’il n’y a pas d’élu, on procède à un troisième tour entre les deux candidats les mieux placés au deuxième tour (s’il y a plusieurs seconds ex aequo, on inclut tous les seconds); est élu celui qui obtient le plus grand nombre de voix; iv) en cas d’ex aequo, on recommence le troisième tour, etc. c) Au choix de l’équipe nationale, on élit ensuite soit le secrétaire, puis le trésorier, en suivant la même procédure que pour le coordinateur, soit deux conseillers, selon la procédure suivante : i) on procède à un premier tour, entre tous les candidats présentés, en indiquant deux noms différents par bulletin; sont élus ceux qui obtiennent la majorité absolue des voix possibles; (cf article 42) ii) s’il n’y a pas deux élus, on procède à un deuxième tour entre les trois candidats restants les mieux placés au premier tour (s’il y a plusieurs troisièmes ex aequo, on inclut tous les troisièmes), en indiquant un seul nom par bulletin; sont élus, dans la limite des deux places disponibles, ceux qui obtiennent le plus grand nombre de suffrages; iii) en cas d’ex aequo, on procède à des tours supplémentaires pour les départager. d) On élit ensuite les deux derniers conseillers, en suivant la même procédure. 34. Les prêtres, les religieux et religieuses, les personnes rémunérées par la communauté nationale ne peuvent être élus à l’équipe nationale, mais ils peuvent en être le membre coopté.


Les auxiliaires

35. Pour exécuter ses missions, l’équipe nationale peut avoir recours, sous son contrôle et sa responsabilité, à des auxiliaires adaptés : personnes ou commissions. 36. Ce pourrait être le cas pour des tâches de formation, de conseil, de représentation, de relations internationales, de secrétariat. 37. Ces auxiliaires peuvent être invités à participer à certaines réunions de l’équipe nationale, avec voix consultative seulement. 38. La durée des services rendus par ces auxiliaires n’est pas limitée à celle des mandats des membres de l’équipe nationale.

 


L’Assemblée de la Communauté nationale

[réf. N.G. 15-19] 39. L’Assemblée est l’organe suprême de gouvernement de la Communauté de Vie Chrétienne au Liban. Elle est constituée par l’équipe nationale et la délégation de chaque communauté locale. La composition de la délégation de chaque communauté est décidée pour chaque réunion par l’équipe nationale. L’Assemblée est dite assemblée plénière lorsque chaque communauté est représentée par l’ensemble de ses membres. 40. L’Assemblée : a) définit les orientations apostoliques et les projets d’ensemble, b) approuve le rapport moral et financier annuel, décide de la politique financière à suivre, c) adopte ou refuse les amendements proposés pour les Statuts, d) élit l’équipe nationale. 41. L’Assemblée se réunit au moins une fois par an, en assemblée plénière. Elle se réunit ordinairement deux fois par an, vers la Pentecôte et à la rentrée d’octobre. La première réunion est principalement consacrée au bilan de l’année écoulée et à la préparation des activités de l’été; la seconde à l’organisation de l’année à venir. Pour chacune, l’équipe nationale fixe la composition des délégations et envoie la convocation au moins un mois à l’avance. 42. Le coordinateur de l’équipe nationale a le pouvoir de convoquer l’Assemblée à d’autres moments, après consultation des communautés locales et l’accord d’au moins un tiers de celles-ci. Dans l’Assemblée, les décisions sont prises dans un esprit de discernement à la majorité simple des suffrages, le quorum étant atteint. Le quorum est de 50% des communautés locales. Chaque communauté locale a droit à une voix et l’équipe nationale a droit à une voix en la personne de son coordinateur.
Loading...
Loading...